Top France

Edition du 26/05/2015
 

ARNOUX & Fils

Patrimoine

ARNOUX & Fils

Un vignoble dans la Famille depuis 8 générations !


“Notre famille, précise Jean-François Arnoux, détient ce vignoble depuis 1717, depuis que le Seigneur de Lauris, fit don d’une parcelle à un ancêtre de la famille Arnoux, Pierre Bovis, le 13 avril 1717 pour être exact. Depuis ce jour, le vignoble s’est transmis de père en fils depuis 8 générations. Jusqu’au début du XXe siècle, il y avait de la polyculture avec notamment beaucoup de maraîchage dans la région. Mon grand-père Aimé, qui est né en 1901, a développé le vignoble et, en 1936, a créé la Cave du Vieux Clocher. Aujourd’hui, Jean-François s’occupe de la partie commerciale et de l’export, Marc, l’œnologue de la famille, s’occupe de toute la partie technique, vignes et vinification. La propriété familiale s’étend sur 40 hectares en appellation Vacqueyras. “Nous avons nos vignes plantées sur un joli terroir de garrigue situé au début du plateau qui redescend vers Courthézon, poursuit Jean-François Arnoux. Un beau sol constitué des célèbres galets roulés (commencement du prestigieux terroir de Châteauneuf-du-Pape), qui restituent la nuit la chaleur emmagasinée pendant la journée, permettant ainsi aux baies, une maturation optimale. Ce terroir est particulièrement adapté à la production de vins rouges. Nous sommes aussi vinificateurs et achetons des raisins que nous vinifions dans nos chais, ce qui nous permet d’avoir une gamme complète des vins de la Vallée du Rhône. Nous avons su marier le traditionnel et le modernisme indispensable, avec un cuvier traditionnel, des cuves béton, des foudres, des pressoirs pneumatiques, éraffloirs... Nous avons une cuve tronconique qui se révèle être un atout qualitatif important et récoltons à la main pour préserver au maximum la qualité des raisins. Nous avons notre propre typicité comme l’illustre si bien notre Cuvée 1717. Une sélection de nos meilleurs terroirs, avec un assemblage de vieilles vignes, un vin “haut de gamme” et confidentiel (5000 bouteilles par an). Nous l’élevons en barriques de bois neuf pour l’arrondir mais tenons absolument à garder la fraîcheur du fruit, même si nous recherchons sur l’élevage toute la noblesse du bois, avec des arômes de torréfaction, café, moka, pain grillé et de bois précieux. Nous aimons les vins très aromatiques, sur le fruit avec des tanins enrobés plutôt souples. Des vins charpentés, bien typés, avec une couleur très foncée noir-violet, de la structure et aptes au vieillissement. Des vins authentiques, vinifiés traditionnellement, nous sommes d’ardents défenseurs du terroir et laissons s’exprimer ses notes si caractéristiques (cerise noire, mûre, cassis). On retrouve aussi dans nos vins des notes d’épices, d’herbes de garrigue, de poivre frais, de réglisse... typiques des vins de Vacqueyras. Nos vins sont riches, puissants, les tanins sont soyeux, élégants, ce sont des vins amples en bouche mais qui expriment toute la fraîcheur du fruit. Marc Arnoux ajoute : “Mon frère et moi sommes nés dans ce milieu vigneron qui se succède depuis de nombreuses générations et nous avions à cœur de perpétuer la tradition familiale. Dès notre plus jeune âge, nous avons connu la passion d’élaborer et d’élever le vin. Tout ce savoir-faire transmis par nos aïeux est précieux, c’est un métier passionnant. Nous travaillons aussi en mémoire d’eux, comme en témoigne la Cuvée Jean-Marie Arnoux, que nous avons dédiée à notre père décédé en 2001. Nous utilisons avec modération la technologie car nous souhaitons conserver le caractère de nos vins, les techniques modernes bouleversent parfois la typicité des crus. Nous égrappons totalement ou partiellement les raisins selon le type de cuvée ou le millésime pour éviter les goûts herbacés mais nous veillons aussi par ailleurs à conserver une bonne aptitude au vieillissement de nos vins. En Vacqueyras nous avons 4 cuvées : Cuvée 1717, Cuvée Seigneur de Lauris sélection vieilles vignes, Cuvée Jean-Marie Arnoux (assemblage 50% de vielles vignes et 50% de jeunes vignes), et la Cuvée Vieux Clocher issue de jeunes vignes, un vin gourmand et aromatique.” Notre commercialisation s’effectue pour moitié en France et moitié à l’export, poursuit Jean-François Arnoux. Dans l’hexagone, nos vins sont vendus dans le secteur traditionnel (grossistes, cavistes, restaurateurs et particuliers). Nous développons actuellement nos exportations vers la Chine qui apprécie beaucoup nos vins de caractère, nous sommes aussi présents au Japon, Corée, Singapour... et j’axe aussi mes efforts en Europe ainsi qu’au Brésil et aux États-Unis avec la création d’ambassadeurs de nos vins dans ces pays.”

   

ARNOUX & Fils

Marc et Jean-François Arnoux
Cave du Vieux Clocher
84190 Vacqueyras
Téléphone : 04 90 65 84 18
Télécopie : 04 90 65 80 07
Email : info@arnoux-vins.com





> Le palmares des vins


CLASSEMENT VALLEE DU RHONE
e_vallee-du-rhone.jpg
LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence dans l'année en fonction des dernières dégustations (derniers ou anciens millésimes, coups de cœur, déceptions...) et peuvent donc être différents de ceux du Guide "papier", qui ne peut être remis à jour avant la prochaine édition

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CHATEAUNEUF-DU-PAPE
FORTIA (BI)
MONT-REDON (BI)
LES 3 CELLIER
MATHIEU (BI)
La MEREUILLE
CLOS SAINT-PIERRE
SERGUIER
TOUR SAINT-MICHEL
(LOU FREJAU)
ARNESQUE
(BANNERET)
NALYS
GALET DES PAPES
JULIETTE AVRIL
BOIS DE BOURSAN
FONTAVIN
GIGONDAS
VACQUEYRAS
COTES-DU-VENTOUX

ARNOUX (Va)
CHAMP-LONG (Ve)
DEURRE (Vi)
GARRIGUE (VA)
PESQUIÉ (Ve)
CAMARETTE (Ve)
Pierre AMADIEU
ENCHANTEURS (Ve)
PUY MARQUIS (VE)
SAINT-VINCENT (Vi)
SYLLA (VE)
TARA (Ve)
LE VAN (VE)
HERMITAGE
CÔTE-RÔTIE
LIRAC/TAVEL
COST.NÎMES
DREVON (CR)
LEVET (CR)
JABOULET
JONCIER (L)
CARABINIERS
DAUVERGNE-RANVIER
DUCLAUX (CR)
MOURGUES DU CRES (Cn)
OR ET DE GUEULES (Cn)
TROIS COLOMBES LES RAMEAUX (Cn)
VALCOMBE (Cn)
SAINT-JOSEPH
CORNAS/CONDRIEU
COTES-DU-LUBERON
GILLES FLACHER (SG)
MONTINE (GA)
PUY DES ARTS (Lu)
POULET (Die)
CANORGUE (Lu)
FONTVERT (Lu)
GUY FARGE (SJ)
JAQUES FAURE (Die)
COULET (CO)
BIZARD (GA)
COTES-DU-RHONE
DIVERS

REDORTIER
ALARY (BI)
AMAUVE
BEAUVALCINTE
CROIX BLANCHE
GAYÈRE
LAURIBERT
MAGALANNE
VALERIANE
MOULIN POURPRÉ
SAINT-ESTÈVE
AURE
BEAUCHENE
CLAVEL
COCCINELLES
FAUCON DORÉ
PASQUIER
TAVERNEL
ROLIÈRE



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CHATEAUNEUF-DU-PAPE
(BRUSQUIÈRE*)
CHANTE PERDRIX
(CÔTE DE L'ANGE)
JAS DES PAPES
GIGONDAS
VACQUEYRAS
COTES-DU-VENTOUX

MOULIN (Vi)
CLOS des CAZAUX (Va)
MAVETTE
PÉQUELETTE (Vi)
ST-FR.-XAVIER
VARENNE (VE)
HERMITAGE
CÔTE-RÔTIE
LIRAC/TAVEL
COST.NÎMES
GAILLARD (CR)
COUDOULIS (L)
ROCALIERE (L)
(COSTE du PUY (L))
SAINT-JOSEPH
CORNAS/CONDRIEU
COTES-DU-LUBERON
MOUTON (Co)
NIÉRO (Co)
(CHENE (SJ))
(Baron d'ESCALIN (GA))
MYCIN (SJ)
MONGE GRANON (Die)
Benoît ROSEAU (SJ)
COTES-DU-RHONE
DIVERS

CASSAGNOLES*
VERQUIÈRE*
GALUVAL
TERRE d'HACHENE
CABASSE
(CAVE VISAN)
FAVARDS
AMOUREUSES
BRESSADES
GUINTRANDRY

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CHATEAUNEUF-DU-PAPE
CABOTTE
(VAUDIEU*)
GIGONDAS
VACQUEYRAS
COTES-DU-VENTOUX

(CAVE DE GIGONDAS)
HERMITAGE
CÔTE-RÔTIE
LIRAC/TAVEL
COST.NÎMES
VIGNERONS de TAVEL (T)
SAINT-JOSEPH
CORNAS/CONDRIEU
COTES-DU-LUBERON
GRAND-CALLAMAND (Lu)
André PERRET (SJ)
COTES-DU-RHONE
DIVERS

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

> Nos coups de cœur de la semaine

Clos RENÉ


Une propriété familiale de 11 ha (60% de Merlot, 30% de Cabernet franc et 10% de Malbec). “Le 2013 a été un millésime un peu difficile, nous explique Jean-Marie Garde, mais, après nos sélections, il a eu une évolution intéressante, l'élevage l'a bonifié et l'on peut avoir de belles surprises. A boire bientôt. En 2014, nous avons une très belle cuvée où l'on retrouve les repaires des millésimes habituels. Qualité et quantité sont présentes. Les tanins sont soyeux, aimables, de jolis Merlots avec un apport de Cabernets pour une grande qualité.” Patientons avec ce grand Pomerol 2010, de robe pourpre soutenu, dense et très parfumé (mûre, humus), avec des tanins ronds mais présents, un vin au nez de fruits surmûris, d'une finale intense et bien typé, un vin épicé, persistant, bien charpenté, de bouche souple et charnue à la fois, associant concentration et finesse, prometteur. Le 2009, au nez de cassis et de truffe, aux tanins fermes, est bien charpenté, ample en bouche, un vin racé et dense, prometteur. Le 2008, dominé par le cassis et les sous-bois, est un vin puissant, harmonieux, aux notes fruitées et vanillées en finale, alliant une bonne base tannique à une finesse persistante. Le 2006 est savoureux, bien charnu, riche en bouquet comme en matière, tout en bouche, aux tanins très équilibrés, ferme et complet, très élégant comme il se doit, tout en couleur et en matière, avec ces notes caractéristiques de griotte, d’humus et de cannelle au palais. Superbe 2005, une grande valeur sûre, de robe soutenue et brillante, tout en nuances aromatiques, aux notes de truffe, de prune et de groseille, un vin puissant, élégant, qui allie structure et rondeur, richesse et distinction, de très belle garde. Goûtez son Pomerol Château Moulinet-Lasserre 2011, où l’élégance prédomine, avec ces petites nuances d’humus et de fraise des bois mûre, tout en charme, très persistant, de couleur pourpre, aux tanins délicieusement fondus, d’excellente évolution.

Jen-Marie Garde - Scea Garde-Lasserre

33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 10 41
Télécopie :05 57 51 16 28

Domaine FREY-SOHLER


Situé sur les pentes du Rittersberg (lieu dit au sol granitique, chaud et filtrant), ce terroir est la continuité directe du biotope de l'Ortenbourg (site protégé pour sa flore et sa faune, microclimat supérieur de 7 à 8° à la moyenne Alsacienne). Beau Gewurztraminer Grand Cru Frankstein 2011, de bouche élégante et intense, avec ces notes de fruits frais et de rose. Le rouge Fleur de Granit 2011, au nez subtil de fruits à noyau, est plein, ample et velouté. Goûtez le Crémant 2007, persistant, de mousse fine, tout en harmonie, d’une jolie finesse d’arômes, parfait à l’apéritif. Très joli Riesling Scherwiller 2012, classique et franc, vif, très agréable. “Avec son terroir de graves, nous dit-on, le Riesling de Scherwiller libère des arômes très fruités, voire muscatés au nez. Il se révèle également finement citronné en bouche. Cette appelation communale, officialisée le 28 octobre 2011 ne peut être revendiquée que dans le cépage Riesling, et provient d’une aire délimitée. Ce Riesling accompagne à merveille entrées, poissons, fruits de mer, spécialités alsaciennes, fromage de chèvre. C’est un vin fruité, sec.”


72, rue de l’Ortenbourg
67750 SCHERWILLER
Téléphone :03 88 92 10 13
Télécopie :03 88 82 57 11
Site personnel : www.frey-sohler.fr

Château PÉROUDIER


Une propriété de 50 ha dans la famille depuis plusieurs siècles. “Le millésime 2013 a été une année décevante, nous explique Charles Loisy, il n'y aura ni Monbazillac, ni vins secs rouges ou rosés. Millésime 2014 : quantité à l'hectare très faible (- 30%  en Monbazillac). Les rouges viennent d'être mis en bouteilles, leur qualité est intéressante.” Superbe Monbazillac cuvée Louise Élisa 2011, une cuvée en mémoire de la Grand-Mère fondatrice du domaine qui n'est élaborée que dans les grandes années, d’une très grande intensité au nez comme en bouche, ample et très onctueux, d’une grande complexité au palais (brioche, abricot confit), tout en longueur, de garde comme en atteste ce 2006, typé, ample et fruité, aux connotations subtiles de miel et de rose, de bouche profonde, très fin, qui mêle ampleur et distinction. Le Bergerac sec cuvée Louise Élisa, 100% Sauvignon gris, fermenté et élevé en barriques, de jolie robe, d’une grande complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron et d’amande, avec cette nervosité équilibrée caractéristique, vif et fin, est un vin où la structure s’allie à l’élégance. Le Bergerac cuvée Louise Élisa rouge 2011, une cuvée élevée 12 mois en fûts de chêne, dense, aux tanins mûrs, à la fois riche et souple, très équilibrée, un vin de bouche intense avec des notes de sous-bois et de cerise mûre. Le Bergerac rouge cuvée Péroudier 2012, typé, coloré, au nez où dominent le pruneau et les sous-bois, un vin de bouche flatteuse et riche à la fois, dense, avec des tanins mûrs, tout en bouche. Goûtez le Bergerac rouge, avec des tanins bien arrondis, une nouvelle fois très réussi. Joli Bergerac blanc sec Fût de Chêne, de belle teinte, au nez subtil de lis, franc et gourmand, rond et parfumé au palais, de bouche fine comme ce Côtes-de-Bergerac blanc moelleux 2011, première année de mise en bouteilles d'un moelleux au Château Péroudier, où fruité et vivacité sont de mise.

Famille Loisy

24240 Monbazillac
Téléphone :05 53 58 30 04 et 06 07 21 83 97
Télécopie :05 53 24 55 20
Email : chateauperoudier@wanadoo.fr
Site personnel : www.chateauperoudier.com

HENRY NATTER


Domaine de 23 ha, où l’on cultive la chaleur humaine avec le même soin que l’on apporte aux vignes, privilégiant la faune et la flore, les “couvant” pour en extraire leur quintessence et les laisser s’exprimer au mieux, au cours d’un élevage parfaitement maîtrisé et traditionnel. Ces propriétaires passionnés ont en effet à cœur de faire découvrir les subtilités de leur environnement, leur terroir et leur travail, afin que chacune de leur bouteille soit une source de convivialité. Leur fille, Mathilde, travaille avec eux, son frère, Auguste, s’occupe plus de la cave. Depuis près de 25 ans, la famille Natter est soutenue par une équipe Hmong – originaire des montagnes du Laos – intégrée à la culture du vin. Elle s’est imprégnée de la relation unique que ces femmes et hommes entretiennent avec le monde végétal. Ensemble, ils s’engagent et participent à la mise en place d’une protection de la biodiversité locale. En 2005, le domaine a remporté le Trophée du Meilleur Très Petit Exportateur, lors du cinquantenaire du club des exportateurs de France. Le Comice régional agricole a décerné à Cécile et Henry le prix d’Honneur pour des «Vignerons atypiques». La famille a à cœur de faire découvrir les subtilités de leur terroir, leur environnement, leur travail afin que leurs bouteilles soient ce lien discret entre la nature et eux-mêmes : source de merveilleuse convivialité. Exceptionnel Sancerre blanc L’Expression de Cécile “L’Essence des Terres Blanches” 2007, disponible uniquement en magnum afin de peaufiner son vieillissement, d’une grande finesse avec beaucoup d’expression, suave, au bouquet complexe où s’entremêlent des notes d’amande, d’abricot frais et de bruyère, est un vin harmonieux, riche et fin à la fois, idéal sur des coquilles Saint-Jacques. Le Sancerre cuvée François de la Grange 2010, tout en subtilité d’arômes (fruits frais, aubépine), sec, typé et parfumé, de bouche puissante et d’une longue finale, avec des nuances délicates de genêt et de coing. Le 2009, puissant et très franc en bouche, au nez subtil, ample et persistant, est racé et distingué, aux connotations complexes où dominent les fleurs (aubépine, genêt), est tout en persistance. Le 2008, où s’entremêlent des notes d’amande et de fleurs blanches, est tout en rondeur, avec une note de fraîcheur qui lui est caractéristique. Très beau Sancerre rouge l’Enchantement 2009 (vinification et élevage en fûts de chêne), typé, avec des arômes de fougère et de fruits frais, d’une grande finesse, un vin avec une finale bien persistante et puissante, comme cette Expression de Cécile 2007, aux nuances d’amande, mêlant fraîcheur et rondeur au palais. Leur Sancerre rosé 2011, est toujours le meilleur de l’appellation, de belle teinte, avec des notes d’orange et de fleurs blanches, ample, gras, idéal sur des mets épicés. Excellent Sancerre blanc 2011, issu du terroir des terres blanches, au nez complexe et puissant, très harmonieux, aux connotations de petits fruits secs et de poire au palais, de bouche distinguée.

Henry et Cécile Natter
Place de L'Eglise
18250 Montigny
Téléphone :02 48 69 58 85
Télécopie :02 48 69 51 34
Email : henrynatter@vinsdusiecle.com
Site : henrynatter
Site personnel : www.henrynatter.com


> Nos dégustations de la semaine

Château HAUT-SAINT-CLAIR


Au sommet. Ces propriétaires sympathiques couvent leur petit vignoble de 6 ha planté sur croupes et plateau de structure argilo-calcaire. L’encépagement est marqué par de vieux Cabernets francs (Bouchets) de plus de 50 ans, 25%, et les Merlots noirs dont les âges s’étalent de 30 à 60 ans. La situation de ce vignoble accidenté donne des vins riches, puissants et aromatiques. La technique est apportée avec précision : effeuillage ponctuel, raisins triés avant et après égrappage, sélection des jus, mis en cuve sans foulage. La fermentation et la macération sont étalées sur un mois, la régulation des températures et les dégustations sont les outils utilisés pour l’obtention des cuvées. Après fermentation malolactique, les vins sont décantés et mis en barriques. Le tiers des fûts est renouvelé chaque année. L’élevage en bois s’échelonne sur 10-12 mois selon les millésimes. Les assemblages définitifs s’effectuent en cuve inox avant la mise en bouteilles.
“Je fais très attention à la sélection de mes barriques, me dit Yannick Le Menn, car je pense que l’élevage est tout un art. Je déguste chacune séparément, ainsi je sais quel est le lot qui s’y épanouira le mieux. Je travaille avec trois tonneliers différents, les chênes viennent du centre de la France, le bois qui provenant de forêts domaniales est de bonne qualité, le travail de coupe et de repeuplement y est bien fait. Je préfère des barriques à chauffe moyenne, cela permet de ne pas dénaturer le vin mais au contraire de lui apporter une touche de complexité. Château Haut Saint-Clair produit des vins assez structurés grâce à ses superbes Cabernets. La mode veut qu’il y ait plus de Merlot mais je trouve que les Cabernets apportent beaucoup de qualité au vin; en 2011, ils étaient à parfaite maturité. Nous venons d’obtenir une médaille au concours de Lyon, c’est toujours une satisfaction ainsi que les commentaires élogieux de notre clientèle. Notre réputation se fait beaucoup par le bouche-à-oreille et chaque année on recommande notre vin.
Le 2012, c’est “le miraculé”: il fallait être bon vigneron, et heureusement que la fin de l’été et l’automne ont été très beaux. Les vins sont riches, concentrés, nous avons fait des macérations à chaud pour obtenir de beaux tanins qui se fondent bien actuellement. Le vin évolue lentement, on revient au rythme traditionnel bordelais, ce qui est très prometteur.
Le 2011 est un très beau vin, harmonieux et souple, mais aussi charpenté et coloré, aux arômes de fruits mûrs (fruits rouges), avec cette très jolie finale toastée et épicée grâce à l’élevage en barriques. C’était une campagne un peu difficile mais l’évolution nous a épaté. Il me fait penser au 2006 qui est un millésime “atlantique” typiquement bordelais, rond, complet et gourmand, à redécouvrir absolument. Avec quelques années de bouteilles, ce 2006 dévoile en effet tout son élégance, un vin souple plutôt complexe avec de savoureuses notes de fruits noirs, la finale est ample et harmonieuse, aux notes persistantes de poivre noir, d’épices, dues au grand nombre de vieux Cabernets francs (plantés en 1960) que nous avons la chance de posséder. Ces ceps très résistants donnent de petites grappes de raisins très concentrés en arômes.”
Excitez donc vos papilles avec ce Puisseguin-Saint-Émilion 2011, qui développe des notes épicées, au nez complexe où dominent les petits fruits mûrs (cassis, groseille), riche et souple à la fois, bien représentatif de ce très joli millésime. Remarquable 2010, de belle couleur, au nez de petits fruits rouges caractéristiques (groseille, fraise), d’un bel équilibre, ample et riche, un vin charnu comme on les aime, de garde (11 e). Dans la lignée, le 2009, médaille d'Argent au Concours à Lyon, l’une des plus belles bouteilles de l’appellation dans ce millésime, un vin typé, parfumé (griotte), avec ses notes fumées et réglissées, des tanins mûrs et suaves, tout en charme (11,20 e). “Ce 2009 est un millésime médiatique, nous dit Yannick Le Menn, qui va faire beaucoup d'ombre aux années autour de lui ! harmonieux, très équilibré, avec des arômes de fruits rouges, d'épices, gras, persistant en bouche comme le 2005 à son âge. Délicatement boisé, il demande pour le moment une gastronomie structurée.”
Le 2008, de robe grenat, riche, au nez intense, est un vin complexe, d’une belle finale où dominent la cerise noire mûre et les sous-bois, un vin de bouche flatteuse et riche à la fois (9,70 e). Le 2007 est très réussi, un vin équilibré et souple, avec des tanins fondus, très agréable avec ce nez de violette et de petits fruits rouges mûrs, qui associe distinction et richesse, ample et gras, et se goûte très bien (9,70 e). Structure et rondeur, caractérisent cet excellent 2006, tout en bouche, fin et gras, bien charnu, un vin très parfumé (violette, cerise noire) qui poursuit sa belle évolution (10 e). Beau 2005, où s’entremêlent harmonieusement les épices et le cassis, un vin où la souplesse prédomine, avec ces notes très caractéristiques de cuir et de fruits légèrement confits en finale, aux tanins riches, charpenté, qui poursuit sa belle évolution. Le 2004 est très classique, coloré et corsé, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’une jolie concentration en bouche, aux notes de groseille, d’humus et d’épices (9 e). Goûtez leur excellent Second Vin, la cuvée Moulin Saint-Clair, bien équilibré, très harmonieux, au bouquet concentré, d’une belle finale au palais, très abordable (6,50 e environ). Superbe rapport qualité-prix-typicité.

Yannick et Andrea Le Menn

Domaine JORDY


Bien apprécié ce Languedoc cuvée Spéciale rosé 2011, à la fois souple et friand, avec cette touche épicée persistante, d'une belle finesse aromatique, un très joli vin, de belle teinte, à prévoir sur une fricassée d'escargots aux aromates, par exemple. Le Languedoc vin de France Servant blanc est de belle robe aux reflets dorés, limpide, au nez puissant (pamplemousse, amande, pomme), ample en bouche, très bien vinifié, de bouche persistante avec une finale savoureuse. Excellent IGP Pays de l'Hérault Charselan rouge 2010, alliant souplesse et charpente, riche, aux tanins soyeux, au nez persistant, un vin très équilibré.
Frédéric Jordy

Château La GALIANE


J’apprécie cette propriétaire chaleureuse depuis bien longtemps, et j’ai suivi, millésime après millésime, les progrès accomplis. Le Château La Galiane doit son nom au Général Anglais Galian qui depuis ce lieu commandait les troupes anglaises pendant l'occupation de l'Aquitaine au XVe siècle. Exploitation familiale depuis plusieurs générations de 5 ha, plantée de 50% de Cabernet-Sauvignon, 45 % de Merlot et 5% de Petit Verdot, présente un parfait équilibre, très classique et traditionnel de l'appellation Margaux. Le vignoble est réparti sur des croupes de fines graves.
“Le millésime 2013 n’est pas si mal, m’explique Christiane Renon, le temps durant les vendanges nous a permis en effet de rentrer un raisin sain, il y a eu un gros travail de tri, car je privilégie la qualité à la quantité. Cela nous donne un millésime plaisant, sur le fruit, avec de la fraîcheur, de savoureux arômes de fruits rouges croquants, de bonne garde. En 2014, nous proposons à la vente les 2010, 2011 et le 2012, qui est un millésime de très belle qualité, sur le fruit, assez rond.”
Elle a bien raison car on est sous le charme de son Margaux 2012, typé, racé, de robe grenat soutenu, qui allie une belle structure à une jolie souplesse en bouche, tout en nuances d’arômes avec des connotations de prune, de violette et de pruneau, de bouche chaleureuse dominée par la framboise macérée. Le 2011 est remarquable, aux tanins fermes et bien équilibrés, aux notes de prune mûre, un vin puissant, très savoureux, de bouche fondue où domine le pruneau confit, d’excellente évolution, que l’on peut commencer à servir sur des feuilletés aux morilles. “Pour ce millésime 2011, poursuit Christiane Renon, un printemps sec et chaud a provoqué un stress hydrique précoce à la vigne, et notamment des températures élevées sur avril et mai. La pousse importante a demandé une réaction très rapide et beaucoup de travail à la vigne, pour ne pas se laisser déborder. Un été en dents de scie avec de gros coups de chaleur ont rendu le mûrissement très hétérogène, ce qui a nécessité un tri important pour ne garder que le meilleur. Je garde en mémoire une année très prenante, avec beaucoup de travaux en vert, une surveillance constante et un tri très sérieux. Le résultat est au rendez-vous, je dirais même que je suis agréablement surprise. Les vins sont bien équilibrés, fruités avec une bonne structure tannique. Pour ma part, c’est un millésime de vigneron, très intéressant.”
Très beau 2010, riche en bouquet comme en matière, tout en bouche avec des nuances de fruits noirs compotés, aux tanins équilibrés, complet, de garde. Le 2009, coloré, est de bouche puissante, aux tanins mûrs, un vin qui sent bon la groseille mûre et l’humus, tout en rondeur, de bonne charpente, structurée et fine à la fois, de très bonne garde, à déboucher sur un carré d'agneau à l'ail. Le 2008 est tout en couleur et en matière, au nez de griotte et de fumé, riche et gras, intense, d’un bel équilibre, un vin aux tanins bien présents mais soyeux, prometteur. Le 2007, de belle robe soutenue, au nez légèrement épicé, avec des nuances de mûre, mêle une jolie charpente à une rondeur séduisante en bouche, et se goûte parfaitement actuellement.
Il y a également son autre Margaux Château Charmant, dont le vignoble de 5 ha est planté sur des croupes de fines graves, possède des ceps de vigne centenaires, la culture se fait par une fertilisation réalisée à base de fumure organique.
Le 2012, de bouche classique, de charpente soutenue, riche et parfumé, avec ses tanins ronds et riches, avec ces notes de mûre et de cassis en finale, est un vin qui allie finesse et charpente, aux tanins denses et soyeux. Le 2011, au nez riche dominé par les petits fruits noirs mûrs, est tout en harmonie, un vin aux tanins soyeux et savoureux. Beau 2010, charnu, qui sent la fraise des bois et l’humus, un vin velouté, de belle matière, vin de bouche puissante, fin, charnu, équilibré, parfumé au palais (griotte, mûre), de très bonne évolution. Le 2009, aux arômes de fruits rouges mûrs dominants, de bouche ronde soutenue par de jolis tanins, est un vin classique et bien charpenté. Puissant 2008, de robe grenat, où dominent la griotte et les épices, un beau vin classique qui allie charpente et souplesse, aux tanins bien fermes, au nez complexe. Le 2007, d’une belle robe grenat profond, est très aromatique, au nez fin dominé par des notes de réglisse et de cassis, un vin dense, de bouche ample avec une touche épicée en finale, qui se goûte très bien aujourd’hui. Remarquable rapport qualité-prix.

Christiane Renon

> Les précédentes éditions

Edition du 19/05/2015
Edition du 12/05/2015
Edition du 05/05/2015
Edition du 28/04/2015
Edition du 21/04/2015
Edition du 14/04/2015
Edition du 07/04/2015
Edition du 31/03/2015
Edition du 24/03/2015
Edition du 17/03/2015
Edition du 10/03/2015
Edition du 03/03/2015
Edition du 24/02/2015
Edition du 20/02/2015
Edition du 01/10/2013
Edition du 24/09/2013
Edition du 17/09/2013
Edition du 10/09/2013
Edition du 03/09/2013
Edition du 27/08/2013
Edition du 20/08/2013
Edition du 13/08/2013
Edition du 06/08/2013
Edition du 30/07/2013
Edition du 23/07/2013
Edition du 16/07/2013
Edition du 09/07/2013
Edition du 02/07/2013
Edition du 25/06/2013
Edition du 18/06/2013
Edition du 11/06/2013
Edition du 04/06/2013
Edition du 28/05/2013
Edition du 21/05/2013
Edition du 14/05/2013
Edition du 07/05/2013
Edition du 30/04/2013
Edition du 23/04/2013
Edition du 16/04/2013
Edition du 09/04/2013
Edition du 02/04/2013
Edition du 26/03/2013
Edition du 26/03/2013
Edition du 19/03/2013
Edition du 12/03/2013
Edition du 05/03/2013
Edition du 26/02/2013
Edition du 19/02/2013
Edition du 12/02/2013
Edition du 05/02/2013
Edition du 29/01/2013
Edition du 22/01/2013
Edition du 15/01/2013
Edition du 08/01/2013
Edition du 01/01/2013
Edition du 25/12/2012
Edition du 18/12/2012
Edition du 11/12/2012
Edition du 04/12/2012
Edition du 27/11/2012
Edition du 20/11/2012
Edition du 13/11/2012
Edition du 06/11/2012
Edition du 30/10/2012
Edition du 23/10/2012
Edition du 16/10/2012
Edition du 09/10/2012
Edition du 02/10/2012
Edition du 25/09/2012
Edition du 18/09/2012
Edition du 11/09/2012
Edition du 04/09/2012
Edition du 28/08/2012
Edition du 21/08/2012
Edition du 14/08/2012
Edition du 07/08/2012
Edition du 31/07/2012
Edition du 24/07/2012
Edition du 17/07/2012
Edition du 10/07/2012

 



Jean-Claude et Didier AUBERT


MAS DU NOVI


Domaine Marc JOMAIN


POL ROGER


Château PENIN


Clos LABARDE


LES VINS GEORGES DUBOEUF


Domaine du GRANIT DORÉ


Denis FORTIN


GODINEAU Père et Fils


Domaine GRESSER


Château NOZIÈRES


Château BASTOR LAMONTAGNE


Pierre ARNOULD EARL


Château LARRAT


André DEZAT et Fils


Domaine de La VIEILLE


Château CORNEMPS



CHAMPAGNE NATHALIE FALMET


MAISON MOLLEX


CHATEAU DE BEAUREGARD


DOMAINE FRANCOIS BERTHEAU


DOMAINE COMTE PERALDI


DOMAINE PIERRE GELIN


CHAMPAGNE GREMILLET


DOMAINE CRET DES GARANCHES


DOMAINE ALAIN MICHAUD


DOMAINE VINCENT BACHELET


DOMAINE PICHARD


DOMAINE ROGER PABIOT ET SES FILS


CHATEAU LE SOULEY-SAINTE-CROIX



 

 

© SARL MALTA. Reproduction interdite - Mentions légales